Striped Man ; Striped Sweater | Alexander Calder

Striped Man ; Striped Sweater 1953 Peinture | 73,7 x 108 cm

Découvrez la biographie et toutes les œuvres de l’artiste

Célèbre pour ses mobiles, gracieux exercices d’équilibre métallique aux innombrables reflets lumineux, Alexander Calder fut également un peintre, un dessinateur et un graveur prolifique. Ses œuvres à l’huile, gouache ou crayon investissent des supports variés tels que la toile, le papier ou les pages de nombreux livres et catalogues d’exposition. Toutes révèlent une recherche plastique constante aux multiples directions, nourries de rencontres artistiques fortes et d’amitiés avec des personnalités majeures de l’avant-garde européenne dont Juan Miro, Pablo Picasso ou Piotr Mondrian.

Stripped Man a l’immédiateté fruste d’une gravure sur bois. L’artiste y explore l’efficacité expressive des contrastes du noir et blanc et celle de formes géométriques simples. Extrême économie de moyens, l’usage du terme ₺striped₺ dans le titre pouvant tour à tour renvoyer aux rayures du vêtement (₺stripes₺) qu’à une plus littérale mise à nu, celle du ₺strip-tease₺, qui est ici celle des moyens de la représentation, limitée à sa plus simple expression : une superposition de lignes horizontales créé l’illusion d’un espace infini à l’arrière-plan ; des jeux de courbes dessinent un buste au fort effet de relief ; quelques traits rapides suffisent à cerner un visage. Ce jeu de motifs linéaires apparaît à plusieurs reprises dans l’œuvre de Calder au cours des années 1950. L’artiste l’emploie pour de tourbillonnants portraits au cadrage très resserré ou parfois, dans des compositions plus ambitieuses et colorées, qui figurent des vues d’éléments en orbite, des personnages dans un paysage, un horizon mystérieux,… Jamais, en revanche, l’effet d’immédiateté de l’image n’y est aussi puissant que dans ce totémique Stripped Man qui semble scruter son spectateur.

Sans doute faut-il y voir le résultat d’une étude approfondie de pratiques artistiques extra-occidentales observées lors des nombreux voyages de l’artiste. Les années 1940 et 1950 sont en effet synonymes de succès pour Calder qui bénéficie alors de plusieurs expositions internationales. En 1943, il fait l’objet d’une rétrospective au MoMa, dirigée par Marcel Duchamp. Deux ans plus tard, il reçoit plusieurs commandes publiques importantes. En 1948, il expose son travail à São Paulo et à Rio où il séjourne plusieurs mois avant de se rendre au Venezuela. En 1953, enfin, il représente les Etats-Unis à la Biennale de Venise et remporte le Grand Prix de Sculpture. A la fois anonyme et particulièrement expressif, Stripped Man Striped Sweater évoque bien-sûr le motif du masque, récurrent dans les arts traditionnels d’Amérique du Sud, comme son expression pourrait renvoyer aux transes chamaniques dans la culture Carioca, objets de longues études de l’artiste pendant son séjour brésilien.