The Fault Is Not In Our Stars, But In Ourselves, That We Are Underlings. (W. Shakespeare) | Miguel Rothschild

The Fault Is Not In Our Stars, But In Ourselves, That We Are Underlings. (W. Shakespeare) 2012 | Technique mixte 177 x 300 cm

Découvrez la biographie et toutes les œuvres de l’artiste

Verset tiré de la tragédie de William Shakespeare Jules César, le titre de cette œuvre de Miguel Rothschild (La faute ne devrait pas être attribuée à nos étoiles, mais à nous-mêmes, car nous sommes des êtres subordonnés) renvoie notre regard à la beauté de ce ciel étoilé.

Sur un fond noir de nuit, une constellation resplendissante et lumineuse est rendue tridimensionnelle grâce à la technique de l'artiste argentin, qui a fixé des épingles et des clous sur chaque point de lumière de la photographie. Une nébuleuse attire notre attention et nous hypnotise : c'est là le centre de l'œuvre, où la clarté éclate en se réverbérant dans toutes les directions.

De très grande taille, cette photographie, commandée par monsieur Carmignac à l'artiste, nous amène, grâce à son titre notamment, à réfléchir sur nous-mêmes. Dans la pièce de Shakespeare, ce verset fait référence à une discussion entre Cassius et Brutus, autour de l'égalité de chaque individu : nous sommes tous nés égaux et libres, et il n'y a pas de raison de se plier à la volonté d'un autre homme. Cette phrase signifie aussi que le destin n'est pas responsable des décisions et de l'action des hommes, mais plutôt la condition humaine.

Cette œuvre nous plonge dans l'immensité, l'infini. Bien que placée à l'horizontale, elle nous donne l'impression que nous sommes sous une voûte étoilée, loin de toute pollution lumineuse et urbaine.

Transportés par cette photographie, on contemple les constellations, et l'on tente de reconnaître l'étoile du Berger. Une fois encore, Miguel Rothschild est à la recherche d'une nouvelle tridimensionnalité artistique. En ajoutant des punaises à son œuvre, il épingle l'observateur et son regard.