Kai Wiedenhöfer

A l’âge de 14 ans, Kai Wiedenhöfer lisait son premier livre sur le conflit du Moyen Orient. A 23, il partait visiter la Terre Sainte. Suivant les conseils de Robert Capa, selon lequel il faut aimer les gens pour les photographier, il apprend l’arabe pour pouvoir parler avec eux : « sans langage, une bonne photographie est impossible » dit-il.

Il étudie en Syrie pendant un an, puis voyage pendant quinze mois (1993 à 1994) à Gaza, au Moyen Orient, en Chine et en Afrique. Depuis maintenant vingt ans, Kai Wiedenhöfer photographie presque exclusivement cette bande de terre. Il y vit par intermittence, parcourant les routes à moto, affublé d’un drapeau allemand « ressemblant au blason de Richard Coeur de Lion » - assez étonnant pour provoquer une discussion plutôt qu’un coup de feu.

Au début, ses photos en noir et blanc retranscrivent un certain espoir en l’avenir ; en 2010 il fait un constat sinistre : c’est toujours la guerre, et rien ne semble pouvoir l’arrêter.

Premier lauréat du Prix Carmignac Gestion du photojournalisme dont le thème 2009 était Gaza, Kai Wiedenhöfer est retourné au Moyen Orient pour pouvoir nous présenter un inventaire clinique des effets de la guerre sur la terre et les hommes. Il ne s’agit pas là d’un reportage « à chaud », mais d’un travail documentaire de longue haleine, listant les hommes blessés et les bâtiments détruits. A ce titre, Kai Wiedenhöfer est le descendant d’une certaine tradition photographique allemande, qui naquit dans les années vingt avec August Sander et continue d’exister aujourd’hui à travers ce qu’on a coutume d’appeler « l’école de Düsseldorf ». Mais si la manière est comparable, le sujet en revanche relève du travail d’enquête du journaliste. C’est pourquoi il attache une grande importance à ses textes : ils constituent un compte-rendu factuel des événements, tels qui lui sont relatés par les personnes qu’il photographie.

Allemand. Né en 1966 en Allemagne de l’Ouest. Vit et travaille à Berlin.

*Texte d'Emmanuelle de l'Ecotais, commissaire de l'exposition Gaza 2010

Exposition

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris
11 avenue du Président Wilson, 75116 Paris

Du 5 Novembre au 5 Decembre, 2010
Ouvert du Mardi au Dimanche
de 10h00 à 18h00.

Entrée gratuite

The Book of Destruction de Kaï Wiedenhöfer

"The Book of Destruction"

publié par Steidl

Bilingue Français/Anglais

Jury

Le jury réuni en octobre 2009 à l'occasion de la première édition du Prix Carmignac Gestion du photojournalisme, était présidé par le photographe, réalisateur et artiste William Klein, et composé de :

  • Christian Caujolle, journaliste, commissaire d'exposition et fondateur de l'agence et de la galerie VU'
  • Guillaume Herbaut, photographe et membre fondateur de l'agence Œil Public.
  • Fabrice Hergott, directeur du Musée d'Art moderne de la Ville de Paris.
  • Jean-Luc Marty, directeur de la rédaction de Géo Magazine.
  • Alain Mingam, photojournaliste, commissaire d'exposition et agent.
  • Vivienne Walt, correspondante du Time Magazine.
Réservoir d'eau détruit à Tel Al-Hauwa (1)
Réservoir d'eau détruit à Tel Al-Hauwa

Présentation

Les tunnels sont des main-courantes vitales qui maintiennent la bande Gaza en vie.

L’objectif de ce projet est de mettre l’accent sur la violation patente de l’article 33 (châtiment collectif) et de l’article 55 (sécurisation de l’alimentation/fournitures médicales) de la quatrième Convention de Genève par les Israéliens, avec la complicité presque totale de l’Union Européenne et des Etats-Unis. Plus le blocus durera, plus l’extrémisme se renforcera. [...]

Cliquez ici pour lire la suite du texte de Kai Wiedenhöfer (DP, PDF)

Miriam Al Shafi (2)
Miriam Al Shafi
Mona Al Ashqar (3)
Mona Al Ashqar
Conteneur détruit (4)
Conteneur détruit par un tir de rocket

(1) Réservoir d'eau détruit à Tel Al-Hauwa

(2) Miriam Al Shafi

(3) Mona Al Ashqar

(4) Conteneur détruit par un tir de rocket

*Ces quatre photographies ont été acquises par la Fondation Carmignac à l'issue de l'exposition.