Massimo Berruti

Basé à Islamabad, Massimo Berruti s’est attelé depuis 2008 à un vaste travail documentaire sur le combat des Pakistanais pour leur liberté, suite à un premier reportage consacré aux élections.

Ce photographe engagé, membre de l’agence VU’ depuis 2007, a fait preuve de son courage et de sa constance en vivant aux côtés d’une population pakistanaise otage d’une violence extrême, de source tant politique, religieuse et ethnique que mafieuse. Exécutions sommaires, fusillades et assassinats ciblés sont le lot quotidien de certaines villes.

Son reportage "Bains de sang à Karachi, (meurtres programmés)" a été récompensé en 2011 par le second prix du World Press et le troisième prix du Picture of the Year International, après un prix d’Excellence en 2010. En 2009, son travail a été couronné par le Prix du Jeune Reporter du Festival Visa pour l’image.

Italien. Né en 1979 à Rome. Vit et travaille à Islamabad, Pakistan. Website

Exposition

Chapelle des Beaux-arts de Paris
14 rue de Bonaparte, 75006 Paris

Du 4 Novembre au 3 Decembre, 2011
Mardi au Dimanche de 11h00 à 19h00.

Entrée gratuite

"Lashkars, milices civiles pachtounes face aux talibans"

publié par Actes Sud

Bilingue Français/Anglais

jury

Le jury de la 2ème édition du prix Carmignac Gestion du photojournalisme s'est réuni fin octobre 2010. Il était présidé par Alain Genestar, directeur de Polka Magazine et Polka Galerie et composé de :

  • Christian Caujolle, journaliste, commissaire d'exposition et fondateur de l'agence et de la galerie 'VU.
  • Clément Chéroux, conservateur au Centre Georges Pompidou.
  • Olivier Laban-Mattei, photojournaliste indépendant.
  • Susan Meiselas, photographe, agence Magnum.
  • Kathy Ryan, directrice de la photographie du New York Times Magazine.
  • Olivier Weber, écrivain, diplomate et ambassadeur itinérant pour la défense des droits de l'homme.
  • Kai Wiedenhöfer, photographe allemand, lauréat du Prix Carmignac Gestion en 2009.
Pakistan, vallée de Swat, Mahnbanr (1)
Pakistan, vallée de Swat, Mahnbanr

Massimo Berruti et le Pakistan [Extrait]

J’avais avant tout envie de voir autre chose que l’Italie. Au départ, ce qui m’a décidé à partir travailler au Pakistan, ce sont les élections de février 2008. Je pensais repartir aussitôt après, et puis j’y suis resté car ce pays m’a passionné.

Le Pakistan est un pays en pleine évolution avec toutes les difficultés que cela implique. Et puis, il est possible de s’y déplacer librement presque partout, contrairement à d’autres pays de la région, je pense notamment à l’Afghanistan.

J’ai voulu dévoiler, au travers de mes clichés, parfois tragiques, comment ces gens souffrent au quotidien du terrorisme perpétré par les talibans, mais surtout comment ils s’y opposent avec leurs faibles moyens et continuent à vivre malgré tout. Je ne suis pas sûr d’avoir atteint complètement ce but à travers mes photos, car le terrorisme est quelque chose de compliqué, souvent impalpable, qui implique des intérêts très divers et parfois étrangers au pays où il se passe. [...]

Cliquez ici pour lire la suite du texte de Massimo Berruti (DP, PDF)

Bara Bandi (2)
Pakistan, Swat Valley, Bara Bandi
Malam Jabba (3)
Pakistan, Swat Valley, Malam Jabba
Imam Dherai (4)
Pakistan, Swat Valley, Imam Dherai

(1) Pakistan, vallée de Swat, Mahnbanr (Qilagai), près de la frontière de Dir, mars 2011

SaidBachà, aîné du Lashkar de Mahnbanr, rentre chez lui avec des membres armés du Lashkar, après avoir assisté à une Grande Jirga à Tehsil Kabal. Les leaders comme SaidBachà sont menacés par les talibans qui leur reprochent d’avoir joué un rôle capital dans les opérations qui visaient à les chasser de la Vallée de Swat.

(2) Pakistan, Swat, Bara Bandai, novembre 2010

Des membres du Lashkar procèdent aux préparatifs de la « Pehra » (patrouille de nuit) dans la « Hujra » d’un aîné de la tribu, Ahmed Khan, dont la photo est fixée au mur. Sur la petite photo, il apparaît debout avec ses deux fils qui résident au Royaume-Uni. Trois de ses gardes du corps et un de ses neveux ont été abattus en 2008 par les miliciens, lors de combats menés contre le régime des talibans dans la vallée de Swat, avant l’opération militaire menée avec succès en mai 2009. Dans la culture pachtoune, une Hujra est le lieu où les aînés de la tribu se réunissent pour discuter de différents sujets et pour maintenir des liens entre eux. Dans cet endroit, les aînés tiennent parfois des réunions, également appelées « Jirga », destinées à résoudre toutes sortes de litiges ou à mettre au point de futures stratégies.

(3) Pakistan, vallée de Swat, Malam Jabba, janvier 2011

Un jeune pashtoun, dont le visage est recouvert d’un châle se tient au bord de la route qui mène à Malam Jabba pour se protéger du froid.

(4) Pakistan, vallée de Swat, Iman  Dherai, mars 2011

Messages écrits par des miliciens talibans, en pashtoun, à l’aide de morceaux de charbon sur les murs d’une salle de classe dans une école détruite. Avant les opérations militaires, ce bâtiment était l’un des bastions des talibans dans la vallée de Swat.

*Ces quatre photographies ont été acquises par la Fondation Carmignac à l'issue de l'exposition.